Et pourquoi tu as voulu faire ce métier ?

/

Cette question est quelque fois suivi de : « c’est un peu étrange non ? ».
Je trouve que c’est plutôt une bonne question (au-delà de son caractère particulièrement vexant suivant le ton employé). Parce que vous me direz, « il est loin d’être obligatoire d’avoir un wedding-planner pour organiser son mariage ».
Vous avez raison.
Mais il n’est pas non plus nécessaire d’avoir un coiffeur pour se couper les cheveux ou se faire une couleur. Pourtant, on s’adresse aisément à un professionnel parce que le résultat est nettement plus satisfaisant.

En voulant redonner un peu de vie à ce blog, je me suis dit que c’était un bon sujet à aborder.
Vous faire comprendre comment j’en suis arrivée à vouloir faire ce métier alors que, je ne suis moi-même pas mariée (ne laissons pas planer le doute plus longtemps).

Tout a commencé par une lubie pour Jennifer Lopez. J’ai visionné pas mal de film dans lesquels elle joue et je suis tombée sur le très évocateur « The Wedding Planner » (« Un mariage trop parfait » en français dans le texte).

Bien au-delà de l’histoire totalement vue et revue au cœur du film, j’ai été passionnée par les décors qu’on peut apercevoir, par la pointe de génie dont Mary peut faire preuve (comme doter le témoin du marié d’une oreillette pour lui dicter son discours). Elle est au côté des mariés pour réaliser tous leurs rêves, pour les rassurer, trouver LA solution à toutes leurs interrogations, tous leurs problèmes, toutes leurs envies. Elle créé des décors idylliques.
Et c’est une business woman.
En monomaniaque que je suis, j’ai regardé ce film quelques dizaines de fois, et puis j’ai oublié.

4 ou 5 ans plus tard, est arrivée ma dernière année d’école d’ingénieur. J’ai pu choisir une filière Entrepreneuriat mais il me fallait un projet. A côté de ça, je suivais une spécialité logistique.
J’organisais aussi depuis 3 ans des congrès de formations (grosse logistique, remise de prix, soirée de gala, dance floor on fire, la totale) et je m’éclatais.
Penser tous les détails, l’identité visuelle de l’évènement, l’ambiance musicale, trouver le cadre parfait ; tout ça pour transporter, pendant quelques heures, les participants dans une bulle où ils se sentiraient coupés du monde.  Jouer sur tous les tableaux, sur tous les sens pour créer des moments d’émotion parfaits.
C’était un de ces boulots où je passais des heures, des nuits à travailler sans voir le temps passer.

Une seule ombre au tableau : je créais tout cela pour des centaines de personnes que je ne connaissais pas. Avec qui je ne développais aucun lien.
Et ça me manquait. J’ai cherché du côté des organisateurs d’évènements privés. Et j’ai découvert que depuis JLo, le marché du wedding planner avait commencé à prendre de l’ampleur.

J’ai commencé à bosser sur un business plan, j’ai regardé l’état du marché dans la région. Et il m’a semblé qu’il y avait encore un peu de place. Mais comment se lancer sans rien connaître du milieu du mariage ?

C’est alors que j’ai rencontré Peggy, de chez Mirabilis, clairement passionnée par son métier. J’ai eu la chance de me former à cet univers à ses côtés. Elle nous a fait partager ses trucs et astuces de pros, nous a fait rencontrer des prestataires incroyables et passionnés eux aussi.

Et c’est ainsi que j’ai confirmé ma vocation d’accompagner les futurs mariés. De créer pour chaque couple et leurs invités, cette bulle magique un peu hors du temps, parfaitement à leur image, pour une soirée, une journée ou carrément un week-end.

J’ai aujourd’hui la chance de faire un de ces métiers « passion » où il est presque insolent de trouver que travailler est fun ; un de ces métiers où l’on ne se pose que (moyennement) la question de se lever le matin.
J’ai la chance de rencontrer des professionnels de talents qui aiment leur job autant que moi j’aime le mien ; et ils en parlent avec passion. Et ça aussi, c’est particulièrement cool.

Alors voilà, maintenant vous savez tout ! Alors je vous dit à la prochaine.

Crédit Photos : Marion Langlais Photography